La sincérité du gouvernement à l’épreuve du conflit entre Téréos et les planteurs

le

Le conflit entre les planteurs et Téréos concernent les pouvoirs publics au 1er chef. Ils ne peuvent se contenter de jouer les arbitres.
L’Union européenne a fixé les règles du jeu en démantelant la politique agricole commune dont bénéficiaient l’économie sucrière réunionnaise, malgré les protections prévues par les traités.
L’Etat n’a pas anticipé les conséquences des décisions de l’Union européenne et a agi à retardement, dans la précipitation, s’empressant de satisfaire les demandes des industriels, sans se préoccuper de la situation des planteurs.
La crise qui nourrit ce conflit est profonde. Il ne suffira pas pour la résoudre d’une négociation, même réussie, entre les planteurs et Téréos.
Les pouvoirs publics doivent mieux protéger l’industrie sucrière, en utilisant l’arsenal juridique disponible pour l’imposer à la Commission européenne. Ils doivent dans le même temps ouvrir de nouvelles perspectives à nos planteurs, notamment en accompagnant davantage la valorisation de la biomasse issue de la canne.
Ce n’est pas au marché de fixer les règles, mais au politique. C’est la seule clé d’un vrai changement pour un grand nombre de nos compatriotes. Le règlement du conflit actuel est un test. Celui de la volonté réelle du nouveau gouvernement de changer la vie des Français.

Hugues MAILLOT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s